Poussière vivante, je cherche en vain ma voie lactée
Dans ma tourmente, je n'ai trouvé qu'un mausolée
Et je divague
J'ai peur du vide
Je tourne des pages mais
Des pages vides

Poussière errante, je n'ai pas su me diriger
Chaque heure demande pour qui, pour quoi, se redresser
Et je divague
J'ai peur du vide
Pourquoi ces larmes, dis
À quoi bon vire?

Mais mon Dieu de quoi j'ai l'air, je sers à rien du tout
Et qui peut dire dans cet enfer ce qu'on attend de nous, j'avoue
Ne plus savoir à quoi je sers, sans doute à rien du tout
À présent je peux me taire si tout devient dégoût

Poussière brûlante, la fièvre a eu raison de moi
Je ris sans rire, je vis, je fais n'importe quoi
Et je divague
J'ai peur du vide
Je tourne des pages mais
Des pages vides

Mais mon Dieu de quoi j'ai l'air, je sers à rien du tout
Et qui peut dire dans cet enfer ce qu'on attend de nous, j'avoue
Ne plus savoir à quoi je sers, sans doute à rien du tout
À présent je peux me taire si tout devient dégoût

Mais mon Dieu de quoi j'ai l'air, je sers à rien du tout
Et qui peut dire dans cet enfer ce qu'on attend de nous, j'avoue
Ne plus savoir à quoi je sers, sans doute à rien du tout
À présent je peux me taire si tout devient dégoût

Mais mon Dieu de quoi j'ai l'air, je sers à rien du tout
Et qui peut dire dans cet enfer ce qu'on attend de nous, j'avoue
Ne plus savoir à quoi je sers, sans doute à rien du tout
À présent je peux me taire si tout devient dégoût

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *