J'suis resté quinze minutes la tête ancrée dans le bitume
Je me suis noyé dans les rues en enchaînant les boulevards 
Comme si y avait, au fond, quelque chose à y voir 
Une fucking interprétation de son sourire au coin du bar
En dansant dans la street j'ai fait cracher mes poumons
Pour qu'ils vident l'envie qu'ils avaient de crier 
De ne plus jamais la voir disparaître la nuit
S'envoler dans les ombres 
Comme au tout premier soir 

Soleil, soleil, des jours sans fin
Merveille, merveille, contre son sein 
Soleil, soleil, main dans la main
Merveille, merveille, comme un dessein 

Je resterais bien des heures à me noyer 
Dans les verres opaques des terrasses enfumées 
À contempler les visages qui s'épanouissent
À contempler le sien avant qu'il ne s'esquisse 
Un peu comme les couleurs primaires qui parfois s'évanouissent

Pour devenir pastels, aquarelles ou métisses 
Un peu comme la nuit blanche qui retient le sommeil 
Paumé dans l'ivresse et baigné de lumières 
Elle me happe, et m'échappe, faut que je la rattrape 

Soleil, soleil, des jours sans fin
Merveille, merveille, contre son sein 
Soleil, soleil, main dans la main 

Merveille, merveille, comme un dessein

Un peu comme les couleurs primaires qui parfois s'évanouissent
Pour devenir pastels, aquarelles ou métisses 
Un peu comme la nuit blanche qui retient le sommeil 
Paumé dans l'ivresse et baigné de lumières 
Elle me happe, et m'échappe, faut que je la rattrape 

Soleil, soleil
Merveille, merveille
Soleil, soleil
Merveille, merveille
Tagged:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *