Comme si j'étais assis, là haut au paradis
de l'autre côté de ma vie, le paradis acquis
c'était un grand jeudi
tous les jours paradis
de l'autre côté de la rue, mon paradis perdu
soudain quel est ce rayon éblouissant
élu parmi ces milliers d'passants sans reves
qui ne savent pas etre heureux

comme si j'étais assis, là haut au paradis
de l'autre côté de ma rue, mon paradis perdu
soudain, je me sens le cœoeur léger léger
presque trop heureux à en crever,
c'est bete, c'est un sentiment merveilleux
comme si j'avais acquis un p'tit bout d'paradis
tous les espoirs me sont permis puisque je suis en vie
tous les espoirs me sont permis
au paradis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *